Accueil > Séjour escalade au Maroc - Gorges de la Todra - Paques 2016, 10 jours - Récit et conseils

Séjour escalade au Maroc - Gorges de la Todra - Paques 2016, 10 jours - Récit et conseils

Nous étions 11 grimpeurs de différents clubs pour nous retrouver à Casablanca, au carrefour des vols venant de Paris, Lyon ou Marseille, puis dans celui qui nous a emmené à Ouarzazate où à l'arrivée nocturne nous attendaient deux taxis tout neufs de 7 places pour deux heures de route fort bien goudronnée.
 

Au pied et à l'entrée des gorges impressionnantes, un petit hameau, en bordure de l'oued, des jardins verdoyants et palmiers, dans un environnement des plus arides, et entre maisons de briques en terre ou cuites, notre auberge « Riad » très typique puisque cour intérieure (d'où son nom), avec plusieurs terrasses ombragées et chambres réparties sur différents niveaux.

Le site d'escalade

 
 



Après la découverte visuelle du site grimpable, aux abords et le long de la route touristique encaissée sur un kilomètre, des vendeurs de produits locaux (sic) aux nombreuses échoppes, et un repas traditionnel, vinrent les premières couennes :
 

On y découvre un rocher rougeâtre, solide, bien adhérent, aux multiples prises, bien équipé et en regard du  topo local difficile à appréhender, aux cotations justifiées,  et ce sur différents sites peu éloignés les uns des autres, certains au soleil, d'autres à l'ombre dans ces fraîches gorges encaissées, mais à distance des badauds.

Pléthore de voies d'une longueur à partir du 6° (peu dans le 5°) mais tout le monde y a trouvé son compte, les cordées se constituant au gré des affinités.

Les nombreuses banquettes des différents salons, où nous étions quasiment les seuls à occuper la bâtisse, permettaient la récup', pour certains l'apéro, en attendant le dîner... aux diverses tajines et plats locaux.

 
 

Par contre beaucoup de grandes voies (10 longueurs environ), quelques unes partant de l'autre coté de l'oued, certes bien équipées pour la montée mais où la quasi des descentes ne pouvaient s'effectuer par les rappels car relais non équipés de chaînes et maillons (bien qu'indiqués en tant que rappels) ou que la voie ne s'y prêtait pas, ce qui a valu quelques longs retours pédestres inattendus, certains nocturnes, voire épiques par les plateaux caillouteux, aux cairns très espacés et chemins muletiers qu'empruntent les bergers nomades.

Si sur ces plateaux désertiques on peut y croiser de petits troupeaux de petites chèvres noires qui mangent les rares plantes, surveillées par leur toute jeune bergère, le dénivelé avoisine les 500m... et nous n'avons rencontré qu'une poignée de grimpeurs sur l'ensemble du séjour : pas de queue au pied des voies !

 
 

La difficulté était de combiner couennes et grandes voies dans la même journée et d'adapter l'heure et la composition de nos repas pourtant copieux en fonction de nos activités, voire d'obtenir un repas végétarien.

 

Le raid chamelier


 

Fort bonne ambiance entre grimpeurs et grimpeuses, mixité équilibrée, d'ages variés, et de niveaux différents, d'autant qu'un dépaysement de deux journées (étalées sur un après midi, une journée complète et une matinée, permettant de la couenne sur les deux demies journées) d'un raid chamelier dans le désert avec bivouac sous tentes nomades, ou dans le sable avec chacun son dromadaire, par une prise en charge totale des chameliers et des nomades sédentaires, a ravi tout le monde.

 

 

Dans cette partie du désert où nous n'avons rencontré personne durant le périple hors circuits malgré notre inquiétude lors du départ où quelques quads s'exerçaient bruyamment, certains marchaient à pied, d'autres se laissaient mollement trimballer, ou vraiment s'accrochaient! Coucher du soleil sur la plus haute dune grimpée à pied. Surprise de trouver des palmiers, voire de la verdure entre dunes !

 

 

Certes il a fallu nous y rendre en taxis par les routes traversant diverses villes mais dont le  chemin d'accès est plutôt emprunté par des véhicules adaptés, que nous avons utilisé au retour.



Nous sommes au Maroc, tout est cool, un peu trop calmos, et l'art de la négociation sur les tarifs pourtant pas chers est à apprendre. Heureusement nous avons bénéficié de l'expérience de Serge et du soutien d' Hamou notre hébergeur.



Par contre nous sommes considérés comme touristes au milieu d'une population qui n'est pas riche et dont les quasiment seuls revenus sont cet apport pas forcément au bénéfice de tous.



Nous avons continué le séjour de la même façon que nous l'avions commencé, pour les seuls parisiens, par une petite bouffe conviviale chez l'un d'entre nous, après échanges de photos.
 

Profitez du site avant qu'il ne soit à nouveau bien connu (300 voies) et de l'auberge : nous on s'est fait plaisir !



Momo



Pour de prochains séjours, quelques conseils :
 

  • - Ne pas forcément choisir les vacances scolaires, groupe entre 10 et 16 participants, pour grimper entre Novembre et Avril : Janvier, Février, Mars  seraient conseillés pour compromis entre la durée de la journée et le soleil de plus en plus chaud.
  • - Prendre les billets d'avion à l'avance et individuellement, savoir que les tarifs sont en yo-yo (nous avons payé de 330€ à 420€ l'aller-retour).
  • - Bien se répartir le matos (cordes simples et doubles, dégaines, etc) avant l'avion. (23 kgs en soute et 10kgs en cabine), notamment emmener des vivres de courses.
  • - Peut être expédier le matos par transport routier et passagers par un avion low-cost.
  • - Négocier tout tarif et prestation à l'avance avec le gîte par un seul négociateur pour représenter le groupe.
  • - Bien se coordonner dans le groupe et avec l'aubergiste sur les horaires des repas et du petit déjeuner dit étalé...
  • - Voire à ne prendre qu'une demi-pension du soir pour laisser la journée libre, quitte à faire quelques courses en taxi commun (ville à 10 kms:Tinghir) ou un compromis entre la pension complète des premiers jours et la demi-pension pour les jours de grandes voie où il faut partir au matin. Nous avons payé la pension complète 350€ dont taxis aéroport A et R avec 100€ en sus pour désert et 20€ A et R pour taxis...
  • - Emporter un ordinateur, la wifi est dans les auberges.
  • - Inutile de prévoir de l'argent local sauf grosses sommes car les euros s'apprécient, de plus banques en ville.
  • - Ne pas oublier frontale, sifflet et tél portables !
  • - Acheter plusieurs topos couleur de suite en arrivant (20€), on peut louer ou acheter  du matos et avoir des conseils auprès d'une boutique de grimpeurs professionnels parlant français à 100m de l'auberge.
     
  •  
Partager

Événement

ANA 2019
09/11/2019 - 11/11/2019


Ivry-sur-Seine


Accès clubs

Agenda

«  
  »
L M M J V S D
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
Ajouter au calendrier

Intranet FSGT

Multimedia

Nos Partenaires

revue et publications

E-Boutique

Clubs près de chez vous