Accueil > Bilan de l’action anti-érosion à Fontainebleau sur le site de l’Eléphant

Bilan de l’action anti-érosion à Fontainebleau sur le site de l’Eléphant

Le 10 octobre dernier a été organisée une troisième action anti-érosion sur le site de l’Elephant. Coordonné avec l’ONF, ce projet a également pu bénéficier d’un soutien financier du Cosiroc (dont la FSGT est membre). L'article ci-dessous est un bilan qui vise à servir de base aux prochains projets d’action anti-érosion.

La préparation du projet
 

Cette action anti-érosion s’est inscrite à la suite de deux autres actions anti-érosion déjà menées sur le site de l’Elephant par François Louvel. Comme les précédentes, l’objectif était de compléter un dispositif de protection déjà mis en place par l’ONF, à savoir :

  • * renfort complémentaire d’un alignement de rochers disposés par l’ONF : Ces rochers visent à consolider le pied de la pente. Cependant, ils ne sont pas suffisamment jointifs et le sable s’échappe entre les blocs en place. Des cailloux étant disponibles à proximité dans une carrière abandonnée, il est possible de réaliser un remplissage avec des pierres de taille intermédiaire.
  • * coupe de repousse de pin : Sur la parcelle 142, derrière le rocher de la Justice, l’ONF entretien une clairière pour favoriser la diversité écologique et paysagère. L’ONF est intéressée à supprimer les jeunes pins qui s’y développent et de les réutiliser pour dissuader le public de circuler dans certaines zones en forte érosion au pied des rochers. En canalisant la circulation, on espère que la végétation pourra se développer de nouveau en dehors des sentiers et jouer son rôle de maintien des pentes.


Une demande de subvention auprès du Cosiroc a permis de faire financer un soutien logistique au projet de 215€, comprenant :

  • * la location du camion-benne, permettant de transporter les repousses de pin de la parcelle 142 à la plage de l’Elephant.
  • * L’achat d'une brouette à 2 roues, facilitant le transport des matériaux lourds dans le sable, notamment des rochers. En effet, les brouettes classiques ont tendance à basculer d’un côté ou de l’autre. Cette brouette est conservée par le Cosiroc et pourra être mise à disposition des prochaines actions anti-érosion.


Une visite sur site avec l’ONF était absolument nécessaire pour préciser les actions à mener et a pu se tenir le 5 octobre. Le projet a été précisé :

  • * les repousses de pins avaient déjà été supprimées quelques semaines auparavant par une autre action de bénévoles. Il restait à les charger et les ramener à la plage de l’Eléphant.
  • * les lieux précis où les déposer ont été identifiés
  • * trois bouleaux en mauvaise santé ont été repérés en limite de la plage et des blocs rocheux et il a été proposé d’aménager la zone en aval de leurs racines pour limiter le passage du public et maintenir le sable.
  •  
  •  
  •  



Le déroulement de la journée anti-érosion



Au total, une trentaine de bénévoles ont participé à la journée. L’ensemble des points vus avec l’ONF ont pu être traités. Et à la fin de la journée, tous les participants étaient enchantés… et vannés !
Dans le détail, la journée s’est développée ainsi…
 

Vers 9h, un premier groupe d’une dizaine de personnes est arrivé pour repérer les lieux et installer un point de ralliement. Composé de quelques chaises et d’une tente, c’était le lieu de rendez-vous pour les temps de pauses (pique-nique, goûter, …).

 


 

A partir de 10h30, les bénévoles sont arrivés et plusieurs groupes ont été formés :

  • - l’un pour aller chercher les repousses de pin avec le camion-benne
  •  
  • - un autre pour ramasser des épines de pins, utiles pour combler les trous entre les rochers
  • - un dernier a attaqué dès le matin l’aménagement au pied des bouleaux


A 13h30, après un pique-nique reconstituant, de nouveaux groupes se sont formés :

  •  
  • - un dernier chargement de repousses de pins a été effectué, tandis que les repousses de pins arrivées dans la matinée étaient déposés sur les zones identifiées avec l’ONF.
  • - l’aménagement au pied des bouleaux s’est poursuivi
  • - un groupe est allé chercher les pierres dans la carrière abandonnée
  •  
  •  


Vers 16h30, l’ensemble des points à traiter étaient achevés et les participants en ont profité pour grimper, randonner (sentier bleu), courir… ou juste se reposer en prenant le goûter. Il était prévu que la journée s’achève vers 17h30, heure à laquelle tout le monde a commencé à ranger les affaires et repartir.

 




Conseils pour les prochaines actions anti-érosion
 

Pour la préparation du projet, un agent de l’ONF a été récemment embauché pour améliorer la coordination et le suivi des projets bénévoles. Il s’agit de Yann Nadal (yann.nadal@onf.fr – 07 77 46 11 06). Il a indiqué qu’à partir de 2016, l’ONF a le projet d’investir dans du matériel et des outils dédiés aux bénévoles.

La demande d’aide financière a été demandée un peu tardivement au Cosiroc, il est recommandé de la solliciter trois semaines avant la journée anti-érosion, avec les devis des achats demandés.
 

Concernant l’organisation d’un groupe relativement important, il est utile que plusieurs personnes ressources soient présentes pour établir le travail à réaliser dans chaque groupe. Et il est à noter qu’au bout d’environ 2 heures, les participants ont besoin d’une pause pour boire un coup et manger un morceau.

Il est également pratique de disposer de de disposer de davantage d'outils (notamment scies, ...) pour intervenir en parallèle sur les différents lieux. L’utilisation d'une brouette à deux roues a été particulièrement probante, en particulier pour transporter de lourdes charges.



L’activité des participants attirant l’attention public, on pourrait prévoir pour la prochaine action anti-érosion un panneau de sensibilisation réutilisable d’une action à l’autre. Des échanges entre les bénévoles et les grimpeurs et les randonneurs ont permis d’expliquer les enjeux d’érosion et de l’action menée, voire même de susciter un coup de pouce. Un panneau permettrait de faciliter cette sensibilisation et d’inciter d’autres usagers de la forêt de Fontainebleau à organiser ce type d’action.
Une fois la journée achevée, il pourrait également être intéressant de disposer quelques panneaux de sensibilisation sur place, par exemple pendant un mois, pour expliquer pourquoi certaines zones de passage ont été neutralisées et les effets attendus des dispositifs mis en place.

 

 
 

Partager

Accès clubs

Agenda

L M M J V S D
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
 
Ajouter au calendrier

Intranet FSGT

Multimedia

Nos Partenaires

revue et publications

E-Boutique

Clubs près de chez vous