Accueil > [Récit] de la formation 2021 d'initiatrice et d'initiateur FSGT de ski de randonnée

[Récit] de la formation 2021 d'initiatrice et d'initiateur FSGT de ski de randonnée

[Récit] de la formation 2021 d'initiatrice et d'initiateur FSGT de ski de randonnée

Bilan du stage

La formation d'initiateur de ski de randonnée s'est déroulée du 13 au 20 février 2021 au gîte du Lauzet
 à Le Monétier-les-Bains). Les candidats ont rempli deux conditions :

  • • être proposés par le responsable d'un club FSGT;
  • • avoir les pré-requis nécessaires quant aux courses réalisées au-dessus de 1000 m de dénivelée sur au moins 3 saisons.

Le contenu de la formation d'initiateur de ski de
 randonnée est défini par un référentiel. Outre
la validation des compétences des candidats, elle permet
une mise à jour des connaissances. Cette formation donne
 accès au Brevet fédéral de ski de randonnée.
Sa validation définitive reste du ressort des responsables
de club en fonction de l’implication des initiateurs dans
la dynamisation de cette activité.

participants

Il y avait 12 participants.
7 stagiaires (5 Isérois et 2 Parisiens)
 et 5 débutants franciliens.


Certains débutants ont des compétences avérées
pouvant déboucher sur une formation future.


Formateurs

Les 3 formateurs FSGT
: Jean-Baptiste Aulas Belledonne Sports Nature (73), Fernando
Pintado Amitié Nature Voiron (38)
 et Volker Saux
Vertical12 (75)
 

Courses réalisées

  • Col des Jumelles Sud par le Vallon du Fontenil (2986 m)
  • Col du Clôt Julien depuis le tunnel du Rif Blanc (2783 m)
  • Col de l’Aiguillette, depuis le Pont de l’Alpe (2534 m)
  • Pic Blanc du Galibier par la Combe Sud-Est depuis les Sestrières (2955 m)
  • Petit Galibier Ouest depuis les Sestrières (2826 m)
  • Pointe de l’Etendard par le Vallon du Fontenil (2981 m)
  • Col du Laurichard depuis le col du Lautaret (2654 m)
  • Crête de Ponsonnière depuis le Pont de l’Alpe (2824 m)
  • Le Gros Têt ou Cime du Rochas depuis Le Chazelet (2613 m)
  • Col de Cote Plaine depuis les Sestrières (2639 m)

Un bilan de la course est systématiquement réalisé de retour au gîte.

Le dernier jour du stage, les débutants, répartis en deux groupes, ont réalisé une course en totale
autonomie. Les encadrants les suivaient sans intervenir sauf demande particulière.

Un temps ensoleillé a permis de réaliser des courses tous les jours avec une interruption le jeudi pour la
r éalisation d’une série d’ateliers pratiques sur le terrain.

Organisation du stage (journée type)

Sur le terrain :

Réalisation de courses (préparation et conduite) en situation avec les débutants et/ou avec les formateurs.
 Au départ de la course une vérification des DVA en émission et réception est systématiquement effectuée.
 

Les sorties font l’objet d’une analyse avec la méthode 3x3 de prévention des risques. D’autres méthodes
de réduction du risque (MDR, MRE) sont également utilisées.
 

Les vérifications des conditions de sécurité (météo, terrain, participants) sont effectuées lors de la
 préparation de la course, au départ de la course puis pendant celle-ci.

Au gîte :
  • Bilan de la course ;
  • Exposés et ateliers ;
  • Préparation des courses du lendemain.

Le dimanche 14 février, la sortie était commune à tous les groupes. Ceux-ci se composaient d’initiateurs
 et de débutants pour une prise de contact. Puis les formateurs ont demandé aux initiateurs de mettre en place un atelier de recherche de victime
 d’avalanche et de faire une coupe du manteau neigeux pour observer sa structure et sa solidité.
 


A la fin du séjour, un bilan collectif du stage a permis aux participants de faire part de leurs remarques.
Un entretien individuel a servi d'évaluation pour les stagiaires mais également un moment d'échange avec
 les débutants.

Exposés

Cette année encore, les stagiaires ont choisi les exposés avant le stage. Les exposés s'adressent aux
initiateurs mais également aux débutants. Ils suscitent une discussion.
Celui sur l'incidence des facteurs humains sur les accidents, souvent abordé dans les médias spécialisés, a
 suscité des échanges très intéressants.
Les thèmes abordés :
  • • Les méthodes de réduction : 3x3, MRD, MRE, MRP ;
  • • Météo et BERA ;
  • • La cartographie pour les « nuls » : une approche pour les débutants ;
  • • Les facteurs humains ;
  • • Préparation d'une course : les outils d’aide à la décision ;
  • • Préparation d'une sortie de club;
  • • Nivologie : manteau neigeux, types de neige et risques associés.
  • • Présentation du site suisse Skitourenguru par Jean-Baptiste

Ateliers


Sur le terrain :
  • • Utilisation des couteaux ;
  • • Recherche de victimes d’avalanche : 2 séances ont été consacrées à l’utilisation du kit de sécurité (DVA, sonde et pelle). La 1re a permis de vérifier les connaissances des initiateurs. La 2nde consistait à mettre en place une initiation à la recherche de victime (mono et multivictimes) pour les débutants : gestion du groupe, organisation du sondage et du pelletage ;
  • • Apprentissage du pas tournant et des conversions ;
  • • Utilisation d’une main courante pour descendre une pente en cas de difficulté;
  • • Le manteau neigeux a fait l’objet de 2 coupes en des lieux différents;
Au gite :

Entretien du matériel : réparation de la semelle des skis, fartage à chaud, présentation du contenu d’une
 trousse de réparation (indispensable dans le sac). Par manque de locaux appropriés, cet atelier n’a pas
permis une bonne mise en situation de fartage et de rebouchage.

Bilan du stage

La crise sanitaire a rendu difficile l’organisation de cette formation.

L’incertitude sur la tenue de la formation a duré jusqu’au dernier moment. Il a fallu gérer plusieurs
 désistements de dernière minute.

Tous les participants ont passé un test PCR 72h maximum avant le début du stage. Les masques étaient
utilisés hors de la salle de réunion.

Isabelle et Marc, les propriétaires du gîte, ont mis à notre disposition une grande salle pour nos réunions
 dans un bâtiment voisin. A plusieurs reprises, nous avons échangé des informations lors de la préparation
du stage. Leur aide nous a été précieuse.

Les participations financières des comités AURA, Isère, Paris et la CFME ont fortement contribué à
 faire baisser le coût du stage pour les adhérents.

Les discussions qui résultent des exposés s’avèrent toujours
très riches. Les thèmes abordés ont souvent trouvé une
 application sur le terrain (méthodes de réduction, orientation, BERA...)


Le niveau général des stagiaires - technique ou d’encadrement -
était de qualité.
 La question de l’attention des initiateurs pendant la course a donné lieu à quelques mises au point.
 Inciter à observer des pentes, la surface du manteau neigeux, gérer la progression et le stress des
débutants mais également adapter sa vitesse de descente en fonction du groupe contribuent à rassurer les
débutants. Trop de bavardages peuvent nuire à cette attention.

Les stagiaires doivent attirer l'attention des débutants sur :

  •  
  • • l'observation du terrain, en lien ou non avec la carte, pour favoriser la prise de décision;
  • • la trace à la montée, l'adaptation du rythme suivant le terrain notamment au départ du refuge;
  • • la gestion des arrêts, les points de regroupement.

Le débat sur la place des adhérentes comme initiatrices dans
 les clubs. Cette discussion, spontanée, a permis aux participantes
et aux participants de réfléchir sur les raisons du nombre moins
 important de femmes que d’hommes qui initient au ski de
 randonnée dans nos clubs et ce malgré une dynamique des clubs
 FSGT. Outre les raisons sociétales, les femmes auraient un peu
t endance à se mettre en retrait dans une activité « technique ».
 Encourager la discrimination positive dans les clubs en organisant
 des sorties entre adhérentes pourrait contribuer à rétablir un
équilibre ? Cette question mérite d’être abordée dans nos clubs.



Le stage retire une réelle plus-value du regroupement de candidats de différentes régions (Isère et
l'Ile-de-France). Cela permet des échanges sur les pratiques dans des contextes différents. Si en Isère les
 sorties se font souvent à la journée, les Franciliens doivent prévoir une logistique importante : réunion de
 préparation, recherche d’hébergement et de transport, Coop Alpi pour le matériel...
 Les « murs » deviennent des lieux d’échange pour inciter les adhérents à faire du ski de rando.
 Les sorties donnent lieu à des comptes-rendus mis en ligne sur les sites des clubs.

 

D’autres questions abordées


A quel moment cesse-t-on d’être débutant ? Apprendre pour transmettre. Se gérer pour prendre des
initiatives. Engagement et déblocage. Comment donner envie ?

Partager

Accès clubs

Agenda

«  
  »
L M M J V S D
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
Ajouter au calendrier

Intranet FSGT

Multimedia

Nos Partenaires

revue et publications

E-Boutique

Clubs près de chez vous